patrick godeau
photographie

Série
« coins de vue »
(reflets urbains)

Ces photographies n'utilisent ni superposition, ni mise en scène, ni aucun autre truc. Le seul studio est la rue, là où tout peut arriver. Je plaide coupable car j'ai tiré, mais je nie toute préméditation. En errant au petit bonheur des rues, je n'ai cherché qu'à m'égarer davantage. D'où peut-être la récurrence des reflets, sources inépuisables de confusion et d'ambiguïté.

Je demandais, en somme, à la réalité de devenir fantastique.

André Pieyre de Mandiargues


Série
« formes de l'oubli »
(paysages intérieurs)

Comment voit-on le monde qui nous entoure lorsque la mémoire s'est effacée? Quel regard porte-t-on sur des formes détachées, des objets libérés de tout souvenir? Cette perte de mémoire pourrait-elle ouvrir le champ à une plus grande disponibilité, à un dépaysement de l'imaginaire? Ces photographies ont été prises dans l'appartement que j'habite maintenant et où a vécu ma grand-mère pendant près de trente ans, avant que sa mémoire défaillante ne l'oblige à intégrer une maison de retraite.

If we somehow free ourselves from our memories, then each thing that we see is new.

John Cage


Série
« grand angle »
(errances juvéniles)

Après avoir découvert Cartier-Bresson et expérimenté les joies de l'agrandisseur, j'avais investi ma première paye dans un reflex 100% mécanique et j'arpentais inlassablement les rues de Toulouse et d'ailleurs en quête d'instants fugaces et mystérieux.

C'est la photo qui nous prend.

Henri Cartier-Bresson


Patrick Godeau
à propos

Né en 1969, je m'initie à la photo en autodidacte vers 1990. Après une longue parenthèse professionnelle et familiale, je reviens à la photo vers 2008.
Je m'intéresse particulièrement à la photo de rue et à la captation d'instants fugaces et mystérieux dans des lieux banals et familiers.
Je maîtrise le laboratoire argentique et numérique.
Par ailleurs, j'exerce le métier d'ingénieur en développement logiciel.

Tout ce que nous voyons n'est pas ce que nous voyons mais ce que nous sommes.

Fernando Pessoa

Que fait-on dans la rue, le plus souvent? On rêve. C'est un des lieux les plus méditatifs de notre époque, c'est notre sanctuaire moderne, la Rue.

Louis-Ferdinand Céline


expositions
  • 2015 - Lignes de mire - Galerie E, Tarbes
  • 2014 - Coins de vue - Mai du livre - Haras nationaux, Tarbes
  • 2013 - Les 111 des Arts - Paris, Toulouse
  • 2013 - Urban photo - Centre d'animation Montgallet, Paris
  • 2013 - Salon Artempo - Cugnaux
  • 2011 - Reflets urbains - Galerie Peleyre, St-Lanne
  • 2009-2010 - Éclats de vue - Tarbes, Lannemezan, Séméac, Luz-St-Sauveur
  • 2009 - Regards humanistes - Le Pari, Tarbes
reportages
liens

contact

Pour me proposer un projet ou pour m'acheter un tirage:
patrick.godeau(a)tokata(·)fr